Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 décembre 2011 2 13 /12 /décembre /2011 16:35

 

Bonjour,

 

Nous inaugurons aujourd'hui une série d'aides de jeu pour D6 Galaxies mises gratuitement à votre disposition. Ces aides de jeu prennent la forme d'articles tirés de l'Encyclopédie Fédérale éditée par la Direction Centrale sur Station Alpha. Nous espérons qu'ils vous permettront d'agrémenter vos parties, voire d'en susciter.

À bientôt pour la suite,

Cordialement,

Cédric B.

 

* * *

 

 

Le virus Dysanphasocryptogamma

par Romuald Finet

 

 

 

Couramment appelé « la mort froide », le virus Dysanphasocryptogamma est longtemps resté un mythe. Pourtant endémique dans l'amas de Risal, un secteur aux confins des mondes connus, depuis plusieurs millénaires, son existence n'a pu réellement être prouvée qu'en l'an 3347 par l'équipe du professeur Helin. C'est d'ailleurs grâce au sacrifice de cette équipe que nous savons aujourd'hui qu'il n'existe aucun remède à cette terrible maladie et que seule une stérilisation complète des individus et des installations infectées permet d'éviter la propagation du mal.

Cette difficulté de traitement, couplée à la forme perfide de transmission du virus, ont fait de son élimination la principale activité des survivants d'Hélios VII. Les Héliosans sont les descendants des des habitants des six planètes habitables du système Hélios. Ils sont aujourd'hui réduits à quelques milliers d'individus. Il y a environ cinquante ans, un de leurs vaisseaux a arraisonné un vaisseau à la dérive. Après la découverte des corps de l'équipage et malgré une fouille minutieuse des lieux, les Héliosans n'ont pu établir la cause du naufrage et ont ramené l'épave jusqu'à Hélios II afin de la faire démonter dans un de leurs chantiers spatiaux. En moins de deux ans, la maladie avait ravagé la population de leurs sept mondes et seule une poignée de survivants n'avaient pas été contaminée. Après la stérilisation des sept mondes, les Héliosans se sont entièrement consacrés à la chasse de ce virus. Ils sont d'ailleurs à la base de son éradication de l'amas Risal et de la perte des trois colonies et des douze bases minières du secteur. Depuis lors, les Héliosans parcourent les secteurs environnants à la recherche de contaminés et du moindre signe de résurgence de la maladie. Ils sont régulièrement accusés de crimes gratuits mais, au vu de l'ennemi qu'ils combattent et de la puissance de leurs vaisseaux, personne n'a jusqu'ici décidé de les faire cesser leurs activités de santé publique dans un secteur périphérique et peu stratégique des Constellations.

De récente découvertes en archéologie stellaire on mit au jour une origine potentielle de la mort froide. Le monde glacé de Jork, que tout le monde croyait inhabité, a révélé la présence d'une ancienne installation planétaire enfouie au cœur des monts septentrionaux. Cette installation, visiblement une arche de sauvetage construite suite à une catastrophe planétaire recelait des corps cryoconservés porteurs de la maladie. Selon les estimations des experts, la civilisation de Jork a dû s'éteindre aux environs des premiers signes de contamination de l'amas Risal. Par ailleurs, on a retrouvé plusieurs cristaux de communication jorkiens qui ressemblent étrangement aux parures de l'ancienne monarchie de Risal. De là à conclure qu'il y eut contact entre des réfugiés risaliens et des Jorkiens, il n'y a qu'un pas que l'Académie Fédérale des sciences médicales n'a pas hésité à franchir.

Pour en revenir au virus en lui même, la contamination reste discrète pendant des périodes pouvant s'étendre sur plusieurs années. Visiblement, il ne se déclare que quand il a atteint un niveau critique de contamination dans une population cible. Ce comportement presque intelligent permet de soutenir l'hypothèse que ce virus a été créé dans un laboratoire et n'est pas dû à une erreur de la nature. De plus, les sujets infectés ne développent pas de signe distinctif de la maladie, mis à part une baisse de la température de leurs extrémités mais bel et bien des maladies annexes sans relation avec la mort froide. Ici ce sera une grippe tangienne, là une éruption cutanée narélienne, voire une bonne vieille peste macrotique ! Dans tous les cas, ces maladies auront raison de la vie des infectés bien avant que le virus Dysanphasocryptogammane puisse les tuer. D'ailleurs, on ne sait toujours pas à ce jour si le virus est létal en lui même car personne n'a survécu assez longtemps à ses maladies mortelles induites. Il faut aussi noter que les maladies générées ne sont généralement pas issues des populations contaminées par le virus Dysanphasocryptogamma. La mort froide utilise visiblement une mémoire génétique des anciennes contamination pour reproduire au niveau du génome des maladies issues d'autres populations et pour lesquelles la population cible n'a aucune défense naturelle. Cela renforce d'autant la thèse de l'arme virale pour expliquer la naissance de la mort froide.

C'est pour cette raison que les installations de recherche du monde de Jork sont soumises à la quarantaine militaire. Il n'est pas rare toutefois que des aventuriers et pirates tentent leur chance car si le virus représente une valeur inestimable sur le marché noir des armes interdites, les différents cristaux jorkiens se négocient pour des sommes astronomiques, soit pour les connaissance qu'ils pourraient receler soit pour leur beauté inégalée. Toutefois, bien souvent, l'heureux acheteur devient le patient zéro d'un nouveau foyer de contamination et meurt rapidement.

La Fédération recommande à tous les capitaines de vaisseau de rester à l'écart des Héliosans et de leur secteur. Ceux-ci ont en effet la fâcheuse habitude de considérer toute hésitation à se laisser inspecter comme une preuve de contamination et leurs actions de prévention médicale se soldent immanquablement par la destruction des vaisseaux rencontrés. Le résultat est généralement le même si les Héliosans croisent la moindre personne ayant des symptômes visibles rappelant la mort froide. Plutôt que de prendre le risque d'effectuer un diagnostic, les patrouilles éradiquent le mal potentiel sans hésiter.

 

virusmortfroide.jpg

 

Pour jouer...

L'amas de Risal, situé à la périphérie des Constellations et sans grande ressource stratégique, n'est pas un secteur très connu. Rares sont ceux qui s'y rendent. Les PJ pourraient cependant s'y égarer, à moins qu'ils ne s'y rendent volontairement, pour dérober des cristaux jorkiens qui peuvent se revendre ensuite plusieurs milliers de CréFéds. On imagine aussi toutes les opportunités que peuvent offrir l'existence de dizaines de villes fantômes héliosannes. Et on imagine de même le traitement que doivent réserver les patrouilles locales aux pilleurs...

La mort froide est une maladie peu virulente en elle-même (3D). En cas d'échec au jet de Vigueur (ou de Résistance), le personnage est infecté. Dès lors, il présente les symptômes décrits dans l'article. En outre, ses jets de résistance futurs contre toute maladie sont divisés par deux.

Partager cet article

Repost 0
Published by Cédric B.
commenter cet article

commentaires

resiliation mutuelle 10/01/2012 15:42

J'ai pourtant rarement vu des personnes atteints de la mort froide.

Cédric B. 11/01/2012 07:34



C'est parce que tu n'as pas encore voyagé, petit. Quitte le confort douillet de Station Alpha et de la zone fédérale et tu verras... :)



Présentation

  • : D6 Intégral - Votre imagination pour seule limite
  • D6 Intégral - Votre imagination pour seule limite
  • : Blog dédié au système générique de jeu de rôle D6 Intégral.
  • Contact

Recherche