Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 janvier 2012 3 18 /01 /janvier /2012 10:48

Bonjour,

 

Si nous étions une tribu indienne, il aurait pour nom langue agile. Vous allez comprendre pourquoi en lisant ci-dessous sa production pour L'Encyclopédie Fédérale.


Très bonne lecture à vous,

 

Cédric B.

 

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

 

L’Église du Renoncement
Texte : Laurent Séré – Illustration : Erwan Broudin

 

 


Le premier des verbes intima à l’Homme : « Tu naîtras, pour inéluctablement un jour laisser fuir la vie. »
Puis le second lui ordonna : « Tu engendreras, en un dédoublement de toi-même infini. »
Le troisième enfin exigea : « Tu mourras, et tu embrasseras une éternité d’oubli. »

Et vint le temps où l’Homme se redressa, lassé de courber l’échine sous le joug de l’Ordre perpétuel. Il contempla ce qui fut et considéra ce qui sera. Et d’une voix tressée par les fils translucides des innombrables existences disparues, de sa voix nouée par la tristesse des espoirs déçus, cette voix résonnant tel un chœur distordu, il asséna :



« Je renonce au destin et je choisis ma fin.
Hier je suis venu et demain ne serai plus.
Mon berceau a brûlé et mon tombeau renié,
je fais mien l’instant, m’approprie l’existant.
Je refuse l’attente, l’espérance, la croyance,
je réfute le besoin de propager ma semence.
Car tout sera balayé avant d’être oublié. »
Et lorsqu’au dernier jour on l’interrogera :
« Regrettes-tu la vie, déplores-tu le glas ? »
Il répondra céans, d’une voix faiblissante :
« Je suis un astre mort, ma course est terminée,
je quitte seul le port, ma voile déchirée.
Emporté par un sort que vous partagerez,
vous saisirez alors l’ultime vérité. »

 

3ème épître de l’homme à l’Homme.
Apologue du Renoncement



Genèse

La conquête des immensités spatiales, la colonisation de territoires insoupçonnés, la découverte de peuples extraterrestres improbables, modifièrent de fond en comble les croyances humaines, les représentations et les conceptions du monde. Pour certains, c'était une ère enthousiasmante qui s'ouvrait. Pour d'autres, ces faits nouveaux se conjuguaient dans leur esprit en une grammaire du vertige, renforçant l’absurdité d’un Grand Tout aux contours sans cesse en mouvement.

Un courant syncrétique connut un succès important (le Syncrédéisme). Sans supplanter totalement les religions traditionnelles, il devint la confession principale sur Terre. Mais ce n'était qu'une rémission. En se confrontant aux croyances d'êtres intelligents issus de civilisations d'outre-espace avec lesquels elle entrait en contact, l’Humanité se trouvait face à de troublantes questions : où était la vérité de l’âme ? en existait-il seulement une ? quel était le sens profond des choses ?

Des penseurs, des théologiens, des chercheurs, se passionnèrent pour ces questions. Des cultes mineurs connurent un regain d’intensité. Le désordre menaçait. L’État central refusait de s'engager dans les affaires religieuses et de trancher les questions de dogme, se contenter de poursuivre ceux dont les croyances provoquaient des « troubles ». C'était insuffisant pour empêcher la montée en puissance de mouvances extrémistes animées d'un souffle de folie désespérée.

Péché originel

Une secte millénariste, les Chemins de Nihil, décida de frapper partout où elle le pourrait pour convaincre le monde, l’univers même, de la vacuité et de la futilité de l’existence. Elle enchaîna ainsi les attentats spectaculaires, conduisant des familles complètes, parents et enfants, à se présenter dans les lieux publics et à déclencher leurs charges thermiques aux cris de : « Égarés, Nihil vous ouvre son refuge ! » ou « La vie n’est qu’une longue agonie ! ».

S’appuyant sur un noyau de scientifiques illuminés, les membres de la communauté n’eurent pas de difficultés à se doter d’armes de mort particulièrement redoutables.  Les pouvoirs publics réagirent avec vigueur mais les victimes de ces actes de folie se comptaient déjà par dizaines de milliers, toutes origines confondues. Les derniers tenants du Syncrédéisme en appelèrent à la concorde, à la clémence des fanatiques vis-à-vis des innocents, à la récusation de cette fièvre terrifiante.

Finalement, la vague meurtrière fit long feu. Conformément aux probabilités, elle mobilisa contre elle les énergies, les arrestations se multiplièrent, les structures de la secte furent progressivement démantelées, la majorité de ses cadres et de ses meneurs se suicidèrent (ou furent suicidés selon certaines rumeurs) avant ou durant leur arrestation. De grands procès furent organisés et la peine de mort fut rétablie, souvent requise et  généralement obtenue – d’ailleurs dans la plupart des cas aux grandes manifestations de joie de certains des condamnés.

L’opinion était stupéfaite. Le courant sectaire fit l’objet de nombreuses études, on décortiqua les faits ayant présidé à sa naissance, on tenta de comprendre, d’expliquer aussi. Les dernières paroles d’un de ses dirigeants résonnèrent toutefois avec menace : « Ce que vous nous faites vous le ferez à vous mêmes un jour, car  le ferment est semé... »

Un nouveau messie ?

Dans sa prison de Howling Hill, Wyoming, Pétrus Soliakov partagea le sort de nombreux autres militants ou sympathisants des Chemins de Nihil. Entré trop tard dans le mouvement pour avoir entrepris de franchir le seuil sacrificiel mais bien trop tôt aux yeux de la justice pour que ses foudres lui soient épargnées, il entreprit de purger sa peine de soixante-cinq ans de détention avec le stoïcisme qui lui gagna rapidement le respect de nombreux codétenus. Influent, charismatique même, il agrégea autour de lui de nombreux détenus condamnés à de courtes peines, des hommes et des femmes  nourrissant de la curiosité pour son discours et qui devinrent rapidement ce qui ressemblait plus à des disciples.

 

Petrus.jpg
 

 

Ce second rôle dans l’entreprise criminelle des Chemins de Nihil attira bien vite l’attention des autorités et il fut décidé de lui proposer d’utiliser son troublant magnétisme à des fins louables, aptes à partiellement racheter ce qui avait justifié de son incarcération. Après une longue période de jeûne et de réflexion, celui qui avait suivi dans sa première vie de brillantes études de psychiatrie accepta la proposition qui lui était faite. Moyennant une conversion de sa peine d’emprisonnement en exil dans les Confins, il s’attacherait – dans le cadre d’un programme de périodes de liberté surveillée – à approcher les derniers carrés de la secte pour les convaincre de renoncer à recourir à la terreur.

Le projet fut d’autant plus couronné de succès que Soliakov sembla y adhérer pleinement et avec loyauté. Un à un, les derniers chefs de file de la communauté renoncèrent à l’action armée et se rendirent à la police ou en finirent avec leur existence. En quelques années à peine la secte connut son chant du cygne et le « repenti » gagna la reconnaissance mesurée de ceux qui l’avaient missionné.

En fait, si l’ancien membre des Chemins de Nihil souscrivit avec tant de résolution au plan de démantèlement des vestiges du mouvement, c’est que cette démarche rejoignait parfaitement ses convictions personnelles. Il estimait en effet que ceux qui avaient ouvert la voie touchaient du doigt la vérité sur le fond mais avaient opté pour un mode d’action parfaitement contreproductif, voué à l’échec. Il lui fallait désormais reconstruire sur des ruines fumantes, et il avait déjà eu tout le loisir d’enfoncer profondément en terre de solides fondations, cristallisées par des talents télépathiques à la fois parfaitement maîtrisés et totalement insoupçonnés.

La Terre promise

Lorsque les réacteurs du cargo stellaire l’Astrolabe l’arrachèrent de la croûte terrestre, il abritait du matériel de forage consciencieusement arrimé dans ses vastes cales et deux cents passagers dans ses étroites cabines. Au nombre des rares voyageurs à destination des Constellations, répartis dans les coursives du quatrième pont, quarante-quatre Terriens sous le coup d’une condamnation à l’exil. Parmi eux, cabine 24, Pétrus Soliakov.

Ce vaisseau fut le premier du mois de mai 3340 à décoller de la Terre et aussi le dernier puisque tout contact fut perdu avec la planète mère durant sa traversée de l’espace.

Lorsque l’Astrolabe fit escale sur Station Alpha, balayée par un vent de panique généralisée, Soliakov souriait, le front appuyé contre le verre syntec de son hublot. Il souriait encore lorsque la porte de sa cabine chuinta dans son dos et que deux FoPo l’invitèrent à les suivre pour rejoindre le centre de détention local en l’attente de son transfert final vers une sombre et lointaine colonie des Confins. Il souriait toujours lorsque les deux agents décidèrent d’un accord tacite, passif et silencieux, de le déposer devant une station de taxis où il s’engouffra dans le premier véhicule disponible. « Direction l’astroport je vous prie. Je double le montant de  votre course si vous prenez les raccourcis... »

Seize ans s’étaient écoulés depuis sa condamnation, l’Administration avait mis le temps à commuer sa peine. Certains acteurs du système se demandaient d’ailleurs comment ils avaient pu  se mettre en tête de prendre une telle décision. Ça n’avait pas d’importance, il avait su optimiser son temps de détention pour se constituer une main gagnante et il  était désormais prêt à abattre ses cartes...

Parabole(s) selon Pétrus Soliakov

En premier lieu, Pétrus Soliakov activa le réseau qu’il avait patiemment constitué. Ce n’était pas sans intérêt qu’il s’était entouré de détenus condamnés à des peines légères car il savait qu’il pourrait s’appuyer sur eux une fois qu’il aurait recouvré la liberté. La plupart de ceux qu’il avait sélectionnés, plusieurs centaines peut-être, répondirent donc à son signal télépathique et lui fournirent les moyens matériels nécessaires aux premiers jalons de son projet. Tous avaient définitivement tourné le dos à leur passé délinquant et quitté la Terre pour mener une existence des plus respectable au sein des Constellations. Tous aussi étaient désormais qualifiés « d’apôtres », car ils étaient individuellement porteurs d’une doctrine collective destinée à la libération ultime de chacun.

Puis il communiqua : il mobilisa les médias et occupa avec talent la plupart des canaux disponibles. Il revint sur son passé, le justifia sans l’excuser. Il tailla des croupières à l’État fédéral, en pointant du doigt sa propension à étouffer les minorités, à vouloir les englober dans un grand océan institutionnel, à les intégrer pour mieux les diluer. Il expliqua pourquoi il avait opté pour la dissidence et se déclara prêt à en assumer les conséquences lorsque le moment serait venu. Il déploya aussi son goût pour la rhétorique et terrassa chacun des contradicteurs qui lui furent opposés. Il instrumentalisa finement, de surcroît, le « sourire du destin » qui lui avait permis de quitter la Terre avant qu’aucun échange ne fut plus possible entre elle et les Constellations.

Enfin, après avoir suscité toute l’attention voulue et habilement échappé aux FoPo, il se retira du devant de la scène et entreprit de prêcher activement. Son discours mettant en exergue le droit fondamental à choisir ses différences, à les vivre pleinement aussi, il se déclara apte à offrir le passeport nécessaire à une telle démarche. Il ne s’agissait cependant-là que de l’antichambre de son propos, pleinement accessible à ceux qui souhaitaient le découvrir plus avant.

Le dernier Testament

Soliakov défend le droit personnel au Renoncement, c’est-à-dire au retrait d’un rapport purement mécanique aux institutions, aux usages culturels, aux canevas moraux. Ses textes, ses interventions, prônent la faculté d’exercer une propriété pleine et entière de son existence, pour soi et par soi, quitte pour cela à sensiblement contrarier les lois. Il n’encourage pas pour autant à agir en criminel, bien au contraire, puisque l’un des piliers de son discours est le repentir ressenti puis la rédemption mise en marche par ses anciens codétenus. Il s’agit davantage d'une position d'abstention, en refusant de servir sous la bannière fédérale par exemple.

Pour atteindre cet état de liberté individuelle, sociale, morale et spirituelle, l’Église qu’il a fondée offre à celui qui le désire un baptême au Renoncement. Ses effets, troublants, même aux yeux des plus sceptiques, achèvent de transformer celui qui a embrassé cette conviction. En fait, Soliakov a recours à ses aptitudes psychiques pour libérer le sujet de ses inhibitions. Il renforce aussi sa dimension égotique et l’aide à renoncer à sa pulsion naturelle à la procréation. Car la finalité poursuivie à très long terme par ce doctrinaire, bien au-delà de sa propre disparition, n’est ni plus ni moins qu’une contribution à l’extinction complète de la race humaine dont il considère l’existence comme fondamentalement vaine. Bien entendu, il délègue à des subordonnés la conduite de la plupart des cérémonies de baptême, tant pour des raisons de sécurité personnelle que par impossibilité matérielle à s’y trouver.

La catéchèse du néo-nihiliste rencontre aujourd’hui un grand succès – la guerre n’y étant pas étrangère –, suffisamment en tout cas pour justifier de sa traque par les services de sécurité de la Fédération. Ses adeptes sont nombreux, présents dans tous les milieux et beaucoup renoncent effectivement à engendrer une descendance, en recourant d’ailleurs dans la plupart des cas à une stérilisation biologique irrémédiable. Pétrus Soliakov demeure quant à lui insaisissable. Proche des mouvements libertaires tels que les pacifistes radicaux de Green Nova, on lui reproche des menées antifédérales, on le dénonce aussi comme étant un pion à la solde du Cartel, certains de ses adversaires les plus acharnés l’accusent même d’avoir quelque chose à voir avec la perte de contact avec la Terre. Qu’importe. Son Église continue de prospérer, et, depuis son temple du Renoncement, entouré par sa garde rapprochée de convertis doués de pouvoirs mentaux similaires aux siens, il sourit, tout en poussant des dominos qui en entraînent d’autres qui en conduisent eux-mêmes encore d’autres à un basculement répété. Pour l’instant. Car tout a une fin...

 

Extrait d’une interview de Pétrus Soliakov * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
CapActua : Vous contestez défendre les postulats d’une religion, pourtant le nom de votre mouvement mentionne bien le terme « d’Église ». N’est-ce pas contradictoire ?
Pétrus Soliakov : Il n’y a rien d’antinomique à cela. Remontez à l’origine terrienne et latine du terme, à sa sémantique, et vous découvrirez que sa traduction est « assemblée ». Une fois ce coup de pouce donné, vous serez sans doute suffisamment éclairé pour apprécier l’association des termes par vous-même...
C.A. : Que répondez-vous à ceux qui vous accusent d’exercer une influence délétère sur les populations humaines de la Fédération ?
P.S. : En premier lieu je m’interrogerais sur la nature de ces détracteurs, sur les intérêts qu’ils défendent. Considérez l’équation sous cet angle et vous constaterez par vous-même qu’il sont tous des émanations d’une machinerie savamment entretenue depuis des éons. Nous sommes quant à nous en quête de sens, de logique individuelle, et pas de concordance avec un ordre social convenu. Je leur réponds donc : « Si vous faites si peu cas de la responsabilité personnelle, de l’aptitude de chacun à exercer un choix, alors vous ne vous comportez pas mieux que moi en vous estimant en droit de dénoncer des notions qui échappent à votre sphère convictionnelle. »
C.A. : Qu’en est-il de ces incitations au suicide qui vous sont régulièrement imputées ?
P.S. : Je ne contrains personne à commettre l’irréparable, de même que j’abandonne à tout un chacun la liberté de disposer de sa vie, qui est par essence sa propriété fondamentale. Je signalerais simplement qu’il s’agit-là d’une expression de liberté, qui ne peut être contestée par qui que ce soit.
C.A. : Mais ces gens se donnent pourtant la mort au nom du désespoir...
P.S. : Comme certains de ceux qui partagent nos convictions se battent pour maintenir la vie. Dois-je vous rappeler l’investissement de notre Église dans l’évacuation de la station Jorial IV alors même que les radiations qui y sévissaient conduisaient l’état-major fédéral à une hésitation évidente ? Tout est affaire de priorités propres à notre hiérarchie interne.
C.A. : Soit. Et ces poursuites bien actuelles pour menées séditieuses contre l’effort de guerre et exhortation à l’insoumission ?
P.S. : J’observe que les autorités ne me citent pas à l’ordre du mérite fédéral pour les nombreux adeptes de notre conviction dépêchés au front où ils donnent le meilleur – ou le pire compte tenu des exigences de la guerre – d’eux-mêmes. Je ne donne aucune autre consigne que de décider de ses axes de vies en fonction de sa propre conscience. Ce qu’un système veut nous imposer n’a pas d’autre valeur que le crédit que nous lui prêtons. Si je meurs demain, de maladie, d’un accident, sous le feu des ennemis de l’État fédéral – j’insiste sur ce qualificatif – quelle différence cela fera-t-il en ce qui me concerne puisque je ne serai plus ? L’intérêt commun est un ogre qui dévore ceux qui s’y soumettent.
C.A. : Peut-on donc résumer votre foi, pardon, vos convictions, à une logique hautement individualiste de l’existence ? Un culte de l’égoïsme forcené ?
P.S. : Je vais vous faire une réponse d’Ashiki : oui et non à la fois. Nous prônons à la fois la vacuité du sens de l’existence humaine et le droit de chacun de pouvoir renoncer à sa fonction de rouage à la fois unique et parfaitement remplaçable. D’ailleurs, sur ce point, j’ajouterais... Je suis désolé, nous n’allons pas pouvoir poursuivre cet échange. On me signale que notre saut en Dc² est rendu nécessaire par la proximité des signaux de détection des services de renseignement fédéraux. Nous poursuivrons cet entretien ultérieurement si vous le voulez bien. Je vous souhaite de trouver votre voie personnelle si ce n’est pas déjà fait.

 Fin de l'interview * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

 

 

Pour jouer...

Pétrus Soliakov, humain, 72 ans
« Le genre humain ? Un ciel d’étoiles filantes qui n’éclairent personne. »

Lorsque vous échangez avec Pétrus Soliakov, vous avez ce sentiment rare d’avoir enfin trouvé celui qui vous comprend dans toute votre complexité, celui qui entend votre petite musique intime, qui l’apprécie aussi. Ses pupilles perpétuellement dilatées sont fixées sur ce que vous êtes bien au-delà de cette coquille de noix qui vous sert d’enveloppe charnelle. Sa voix suave au timbre chaud n’est pas sans susciter un trouble au plus profond de vous, comme un rappel de ces sourds et doux échos qui vous parvenaient alors que vous séjourniez dans le ventre de votre mère. Ses lèvres fines étirées en un sourire à la fois distant et bienveillant sont aussi un bel encouragement à poser vos bagages, à les vider pêle-mêle ici et maintenant, avant de continuer la route plus léger...
Cet état de fait n’est pas vraiment la conséquence d’une démarche active de l’intéressé. Il a toujours été ainsi, comme récipiendaire d’un don du ciel, sauf qu’il s’est rapidement convaincu que rien n’en tombait, justement, du ciel... Il s’est cependant tout d’abord trompé de chemin en s’engageant instinctivement dans la psychiatrie. Un parcours brillant, la reconnaissance de ses pairs, une voie royale vers les plus  hauts sommets, jusqu’à ce qu’il incendie lui-même le temple de ses certitudes. Ses biographes rencontrent des difficultés à déterminer quel fut le véritable point de départ de cette césure. Elle semble antérieure à son intérêt pour les Chemins de Nihil, un mouvement qui constitua pour lui l’occasion de s’enraciner dans sa doctrine, d’en éprouver les limites aussi. Lorsqu’il acceptait encore de communiquer publiquement sur son passé, Pétrus Soliakov a pu laisser entendre que l’exercice de la médecine lui avait offert le privilège d’explorer les abysses de l’homme et que ce qu’il y avait découvert lui apportait une réponse personnelle évidente, comme une vérité d’abord dissimulée, puis méritée et enfin révélée.

Cet humain de taille moyenne, de corpulence parfaitement banale, à la calvitie prononcée, se distingue toutefois de ses semblables par le puissant magnétisme qui émane de lui. Se déplaçant avec mesure, sinon lentement (notamment du fait d’une claudication due à un accident conséquent au sabotage d’une navette à bord de laquelle il voyageait), ne s’égarant jamais en mouvements brusques, il apparaît à la fois tel un parangon de sérénité, une force inaltérable, comme une essence de pureté. Pourtant, il sait faire mouche face aux détracteurs de son Église, comme l’a prouvée la série d’entretiens contradictoires organisés à distances par divers médias alors qu’il venait de s’affranchir de sa condamnation à l’exil. Le célèbre penseur Unuis Udrikson put ainsi s’étonner, en sortant d’un débat de près de sept heures : « C’est l’humiliation la plus cuisante que j’ai eue à endurer. Cet homme n’a rien d’un enragé mais pourtant il mord votre amour-propre à la gorge. »

À peu de choses près, on ne sait de lui que ce qu’il a bien voulu livrer. Des soupçons pèsent évidemment sur la dangereuse portée de ses aptitudes psychiques mais il a toujours éludé les questions qui y étaient relatives. En fait, Pétrus Soliakov est l’un des télépathes humains les plus doués qui soient. Comme l’œil enregistre la topographie des lieux pour s’y repérer, apprécier les couleurs, les contrastes, les perspectives, l’esprit du chef de file de l’Église du Renoncement est perpétuellement en éveil, déployant des tentacules psychiques lui permettant de sonder, de mesurer, d’évaluer ceux qui l’entourent. Le cas échéant, il sait aussi prolonger cette posture d’observation par une approche invasive. Du fait de leur pratique régulière, il maîtrise tout particulièrement les mécanismes permettant d’induire des idées ou d’en éradiquer. Autant dire qu’il est parfaitement apte, en fonction du degré de résistance psychique de son sujet, à reconfigurer un esprit humain comme un informaticien le ferait d’un ordinateur...

Malgré ses possibilités d’ingérence psychique, Pétrus Soliakov ne privilégie plus cette démarche qui lui a cependant été précieuse pour mettre en trajectoire son Église. Sincèrement persuadé des notions et des valeurs qu’il défend, il préfère désormais le prône pour entretenir une dynamique prometteuse.

Cet homme qui n’a pas de famille connue, qui semble avoir renoncé à toute libido, qui s’efforce d’effacer son envergure au profit du mouvement qu’il conduit, se passionne en revanche pour l’éveil et le façonnement des aptitudes psy de ses apôtres. Il place d’ailleurs entre leurs mains le succès de la doctrine du Renoncement. Ce carré de fidèles compte près de cinq cents individus versés dans la télépathie à des degrés de maîtrise variés. La plupart n’ayant jamais été enregistrés auprès des autorités fédérales, ils sont donc hors-la-loi.

Outre sa situation délicate vis-à-vis de l’État central, le doctrinaire semble aussi susciter certaines animosités parmi les peuples constellants. Il a récemment eu à endurer un assaut psychique concerté mené par un commando constitué de Gundans dont les motivations paraissent bien obscures. Pétrus Soliakov y a survécu – ce qui n’est pas le cas de ses assaillants – mais son état cérébral a justifié d’une mise au repos complet durant plusieurs semaines. Il semble depuis rétabli mais conserve toutefois une fragilité nécessitant qu’il recoure ponctuellement à un inhibiteur stabilisant ses pouvoirs psychiques, à défaut de quoi ils pourraient bien le déborder, en une vague télépathique meurtrière pour tous ceux qui l’entourent...

Type de personnage : personnage de légende
AGILITÉ 2D+1 – Esquive : 3D+1
VIGUEUR 2D+1 – Résistance : 3D+1
PERCEPTION 2D+1 – Discrétion : 3D+1
MÉCANIQUE 2D
SAVOIR 3D+1 – Bureaucratie : 4D+1, Connaissances académiques : 4D+1, Stratégies : 4D+1
CHARISME 3D+1 – Éloquence : 4D+1, Séduction : 4D+1, Volonté : 7D+1
POUVOIRS MÉTAPSYCHIQUES 2D+2 – Sens : 6D+2
Autres valeurs : vêtements dépouillés.


Mettre en scène l’Église du Renoncement et Pétrus Soliakov

La plupart des adeptes de l’Église sont parfaitement fidèles à l’éthique de leur guide mais elle déplore tout de même quelques comportements dissidents. Ainsi l’un des proches des PJ pourrait être tombé dans les filets d’un individu particulièrement retors qui utiliserait la bannière du mouvement pour attirer à lui des victimes potentielles. Plusieurs options s’offrent à vous : en faire un fanatique qui utilise ses pouvoirs psychiques pour conditionner ses proies en véritables « bombes dormantes » dans l’attente du grand soir, un escroc qui détourne leurs biens pour s’enrichir crapuleusement, un mythomane qui s’entoure de faibles ou d’illuminés pour se constituer une légion de dominés au sein de sa propre secte. Aux personnages de remonter la filière d’endoctrinement afin de retrouver leur parent ou ami, sachant qu’un apôtre s’intéresse de très près aux agissements de celui qui trahit les préceptes de l’Église. Ils pourront trouver un allié providentiel en ce représentant du mouvement et peut-être même se laisser atteindre par ses convictions.
Confrontés à un mystère insoluble (des événements inexpliqués par exemple) ou une difficulté majeure (les effets d’un pouvoir utilisé sur l’un d’entre eux), tous deux d’ordre psychique, la course des événements va naturellement orienter les PJ vers l’Église pour chercher auprès d’elle des éléments de réponse. De fil en aiguille, ils en viendront à rencontrer Pétrus Soliakov lui-même qui saura se montrer un interlocuteur à la fois troublant et passionnant. L’homme apportera son aide aux PJ sous la réserve qu’ils lui garantissent une contrepartie. Il ne sera pas nécessairement question de prosélytisme mais il comptera plutôt sur eux pour mener une action servant les intérêts de son Église. Protection transitoire ou escorte d’un de ses membres (un apôtre dépêché pour représenter le mouvement), port d’une missive ou d’un objet important (un cristal mémoire par exemple), intervention auprès de telle ou telle autorité (fédérale, corporatiste, extraconstellante), les moyens de lui renvoyer l’ascenseur sont variées. Il n’est d’ailleurs pas impossible que Soliakov voit bien au-delà de cet échange de bons procédés et qu’il nourrisse des intentions précises à l’endroit d’un des PJ dont il aura par exemple ressenti le potentiel psychique ou qu’il aura décidé d’utiliser comme un vecteur de ses desseins…
Pétrus Soliakov a un secret bien gardé : il a engendré bien malgré lui une fille, Lékia, aujourd’hui âgée de 24 ans. À vrai dire, leur relation père-fille fonctionne à sens unique puisqu’elle ne le connaît pas. Lui, en revanche, suit à distance son cheminement après avoir aménagé pour elle un cadre d’évolution favorable et écarté de l’équation sa mère – une ancienne adepte des Chemins de Nihil qu’il a tiré de l’ornière. Recourant à ses pouvoirs psychiques, il a reconditionné un couple d’ex-codétenus qui sont devenus sa famille d’adoption tout en étant persuadés qu’ils sont ses véritables parents. Il a ensuite fait le nécessaire pour qu’ils soient portés par le désir d’intégrer les rangs d’une Corporation membre du Cartel, en l’occurrence la Biostep Engineering. Cette entité est spécialisée dans la biologie du vivant et ses applications militaro-industrielles (notamment les greffes de cybernétique et le recours à la nanotechnologie dans les organismes de soldats). La jeune femme, qui y exerce les fonctions de kinésithérapeute spécialisée en cyberadaptation, y vit entourée de ses patients mais aussi de ceux qu’elle dénomme ses fantômes. Depuis son plus jeune âge elle est en effet assaillie par des songes, des images, des scènes qui s’imposent à elle de manière anarchique. Avec l’âge, Lékia a affiné sa perception de ces désagréables expériences et a pu déterminer qu’elles semblaient être des échos d’autres existences que la sienne sans pour autant qu’elle ait idée de l’identité des hommes, femmes et enfants desquels s’échappent des lambeaux de mémoire. Elle le découvrira tôt ou tard, tout ce qu’elle reçoit – et qu’elle garde en elle – sont en fait les souvenirs modelés, effacés, de ceux qui passent entre les mains de son père. Ses propres prédispositions psychiques, son lien avec son géniteur, font en fait d’elle une espèce de réceptacle à mémoires. Et un jour, inévitablement, elle sera inévitablement récipiendaire du secret de trop…

Jouer un adepte du Renoncement

Un baptisé de cette Église est censé se caractériser par un rapport atypique à la vie. Laissant de côté les questions existentielles, il suit pleinement sa voie, sans véritablement se laisser freiner par les interrogations ni brider par le poids des contraintes sociales. Convaincu qu’il ne vient de rien et qu’il est destiné à ne plus être rien, il peut faire le choix de vivre son quotidien intensément, d’une manière ou d’une autre, comme décider que quitte à mourir autant choisir quand et comment. Chacun est libre de disposer de son existence à sa guise, mais il est attendu des adeptes qu’ils ne choisissent pas une voie susceptible de ternir l’image du mouvement. Les textes leur enseignent que le jugement est de trop dans le regard des hommes, que sa propre aspiration à la liberté doit s’accompagner de la tolérance vis-à-vis des chemins suivis par les uns et les autres. À fréquences régulières, les apôtres appellent à eux les adeptes pour être guidés en un moment d’abandon psychique. C’est aussi le moyen pour eux de les sonder télépathiquement afin de vérifier s’ils ne sont pas le jouet des adversaires de l’Église.

Un membre de l’Église du Renoncement bénéficie d’un bonus d’1D à tout jet de Volonté (compétence Charisme) relatif à sa voie (visiter un maximum de planètes, mourir sur un champ de bataille, diffuser la doctrine du Renoncement, etc.).

Partager cet article

Repost 0
Published by Cédric B.
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : D6 Intégral - Votre imagination pour seule limite
  • D6 Intégral - Votre imagination pour seule limite
  • : Blog dédié au système générique de jeu de rôle D6 Intégral.
  • Contact

Recherche