Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 septembre 2011 1 19 /09 /septembre /2011 20:39

Bonjour,

 

Voici la suite de nos aventures en terres extrêmes. Habillez-vous chaudement pour l'occasion !

Jeudi, nous changerons complètement d'environnement, avec une virée dans les déserts arides.

À bientôt,


Cédric  B.

 

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

 

 

La haute montagne

L'altitude

À 4.500 mètres, une personne non-accoutumée à l'altitude ne dispose plus que de 40% de son potentiel physique, en raison du manque d'oxygène. À partir de 8.000 mètres, son potentiel physique chute à 20% de son niveau de base. À titre indicatif, vous pouvez donc appliquer les malus suivants sur la Vigueur :

- 3.000 mètres : -1,

- 4.000 mètres : -2,

- 5.000 mètres : -1D,

- 6.000 mètres : -2D,

- 7.000 mètres : -3D,

- 8.000 mètres : -4D.

avalanche

 

 

Les avalanches

Un jet d'un ND de 10 à 20 (en Savoir ou Pister) permet de s'assurer que le milieu ne présente pas de risque d'avalanches. Les signes annonciateurs les plus courants sont les fissures, les faibles stratification, les angles vifs et les zones d'accumulation. Certains éléments sont défavorables. Les périodes de dégel et regel, les heures d'ensoleillement génèrent souvent des avalanches. Les combes et les corniches présentent un grand risque. À l'inverse, on peut avancer sur les longs replats et sous les promontoires pour s'abriter. Un homme placé en avant et sondant la neige peut bénéficier d'un bonus de +3 à son jet de dé. Avancer lentement peut parfois représenter un danger plus qu'une sécurité : dans une zone dangereuse, mieux vaut se dépêcher de sortir.

Une fois l'avalanche déclenché, les alpinistes qui y sont pris doivent essayer de se boucher le nez et la bouche, la neige pénétrant sous forme d'aérosol, tout en effectuant des gestes de nage pour se maintenir en surface (ND : 15 à 30 selon la puissance de l'avalanche). Bien sûr, emporté par une coulée, un choc contre un arbre ou un rocher peut être fatal (dégâts : 6 à 8D).

Une personne enfouie à un mètre sous la neige peut essayer de se dégager (ND 20). En cas d'échec, son taux de survie est de :

- 40% au bout d'une heure > jet en Résistance d'un ND de 15 : le personnage est « mortellement blessé » en cas d'échec, « gravement blessé » en cas de réussite

- 20% au bout de deux heures > jet en Résistance d'un ND de 20 : le personnage est « mortellement blessé » en cas d'échec, placé en état «d'incapacité » en cas de réussite.

- Au bout de quatre heures, la mort est certaine.

On doit minimiser les déplacements une personne sortie d'une avalanche. Dans la mesure du possible, il convient de lui parler, de l'abreuver (eau tiède) et de la maintenir dans une zone calme. On évitera les frictions et les boissons chaudes, qui pourraient provoquer un choc thermique ou des lésions (voir plus haut la partie sur l'hypothermie).

 

L'ophtalmie des neiges

La neige réfléchit 85% des UV contre 20% pour le sable ou 5 à 10% pour l'eau par exemple. Une longue exposition non protégée en montagne peut donc déclencher une brûlure de la cornée appelée « ophtalmie des neiges ». Celle-ci apparaît en général 4 à 6 heures après l'exposition. Ses premiers symptômes sont des picotements, des rougeurs, des larmoiements. Bientôt les paupières se gonflent, au point qu'on ne peut plus ouvrir les yeux et/ou une cécité temporaire se déclenche (-1D à -3D sur les jets de Perception). Les seuls traitements sont le repos, l'obscurité et de l'eau froide.

Partager cet article

Repost 0
Published by Cédric B.
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : D6 Intégral - Votre imagination pour seule limite
  • D6 Intégral - Votre imagination pour seule limite
  • : Blog dédié au système générique de jeu de rôle D6 Intégral.
  • Contact

Recherche